Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez ce lien-ci dessous svp!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Suivez ce lien-ci dessous svp!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Veillez vous diriger au www.lapenderiedemarie.com


10 règles essentielles pour protéger ses données privées sur Facebook

Publié par amourjean@gmail.com sur 5 Avril 2011, 01:03am

Catégories : #Style de vie et vie pratique

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSMj9wOX6V2crh7yLNoq6W-UZZJkxVZxMob2aI_nFLDwmOVkw_yContrairement à la majeure partie des réseaux sociaux, Facebook propose plusieurs façons de sécuriser son profil et donc ses données. Informations personnelles, photos, publications, et amis peuvent être rendus « privés » à l’aide de quelques manipulations assez simple mais pas nécessairement connues de tous. Voici 10 règles pour sécuriser son Facebook.
 
1.Les "poke", "messages" et " requête d'amis"
Certains trouveront cela anodin, mais les célèbres « Poke » peuvent à eux seuls être considérés comme une menace par leurs utilisateurs. En effet, lorsque vous contactez quelqu’un sur Facebook via un Poke, cela s’assimile à un message ou à une requête d’ami. Résultat, le destinataire peut voir votre profil temporairement et cela même si vos autres paramètres de confidentialité sont sensés l’en empêcher. En conséquence, si un pirate qui souhaite dérober l’identité d’un utilisateur lui envoie un poke, un message ou une requête d’ami, et si celui-ci répond par exemple « Est-ce que je vous connais ? ». Pour se protéger, mieux vaut ne pas toujours répondre...
2. Les applications
Facebook a introduit les applications tierces à son interface. Divertissant, mais aussi une formidable opportunité pour les amateurs de données non protégées. Si le réseau social a publié ses conditions d’utilisation pour informer les développeurs de ce qui est accepté, le risque reste néanmoins présent. Ainsi par défaut, certains applications ont accès à vos informations plus que privées. Sur cette capture, une application de téléchargement de photos pour Facebook demande l’accès obligatoire aux « Informations familiales et de situation amoureuse ». Sans parler des informations de vos amis. Notre conseil : vérifier régulièrement les applications acceptées par Facebook, et personnaliser les paramètres de confidentialité pour chacune d’elles.
3. Les amis autorisée
Aussi banal et paranoïaque que cela puisse paraître, dès que vous acceptez quelqu’un comme ami sur Facebook, cette personne peut accéder à toutes les informations vous concernant. Les photos font également partie de ce cas, et vos photos de vacances sont donc accessibles au premier quidam que vous accepterez en ami sur Facebook. Si vous souhaitez limiter certaines de vos publications sans supprimer des amis, il suffit de créer des listes d’amis thématiques. Exemple : bureau, famille, école, etc. Attribuez ensuite à chaque liste les paramètres que vous souhaitez : bloquez par exemple l’accès à vos photos de vacances ou votre dernière beuverie à vos collègues de bureau. Pensez également à personnaliser l’accès à votre liste d’amis. N'autorisez pas les gens qui ne sont pas encore vos amis à consulter votre liste d'amis en désactivant cette option.
4. La localisation
Il y a des milliers d’utilisations différentes de Facebook. C’est pour cette raison que les paramètres par défaut, dont les options, ne sont adaptés à aucun profil. Pour cette raison, mieux vaut désactiver toutes les options facultatives ou qui ne vous concernent pas, quitte à les réactiver et à les personnaliser ultérieurement. Un exemple : la localisation. Une option qui pourra en amuser certains ou coûter cher à d’autres. Bien entendu il est tentant de préciser que l’on est au concert de tel artiste avec ses amis, ou bien au bar de la plage à l’autre bout du monde. Sauf que cela pourrait laisser tout loisir à d’éventuels cambrioleurs, par exemple, pour vider votre logement. Cela reste une simulation, mais le phénomène n’est pas rare et mérite de ne pas être négligé. Notre conseil : assurez-vous que votre localisation sur Facebook ne comporte aucun risque avant de communiquer votre position.
5. Les photos
Au même titre que les autres informations publiées, les photos postées sur Facebook peuvent représenter une source potentielle de risque. L’exemple le plus célèbre reste cette personne ayant posté des photos d’elle en vacances, après avoir déclaré être en congé maladie. Un patron trop curieux, un collègue jaloux et une situation d’apparence anodine peut vite se retourner contre vous. Bien entendu, il s’agit de modifier les paramètres de confidentialité des photos pour ne les rendre visibles que par vos amis, au minimum. Idem pour chaque album créé. Autre point non négligeable, le « Tag » sur les photos. La dernière version des profils de Facebook affiche une liste de photos de vous récemment marquées. Vérifiez donc les autorisations que vous avez délivré pour être identifié sur certaines photos de vous.
6. La recherche
Le premier degré de sécurité sur Facebook réside en la recherche. Plus votre profil est ouvert, plus il est facile à trouver et donc vulnérable. Tout d’abord il existe trois options quand à la recherche sur le réseau social. « Tout le monde », « Amis et leurs amis » et « Amis seulement ». Pensez qu’il suffit d’un seul de vos contact qui accepte n’importe qui pour qu’il y ait un risque. Mieux vaut cocher la troisième possibilité. Idem pour les invitations, les messages : ne laissez qu’un cercle restreint (Amis et leurs amis) accéder à ses informations, cela vous évitera toute mauvaise surprise. Pour rappel, consulter la page Facebook d’un candidat est désormais une pratique courante pour un responsable des ressources humaines avant un entretien.
7. Le mur
Par défaut, quasiment toute activité sera publiée sur votre mur : telle page « likée », tel commentaire sur une publication d’un ami, tel « tag » sur une photo de soirée... Quatre possibilités existent : les amis seulement, amis de leurs amis, certaines personnes ou uniquement l’utilisateur. Cette dernière option n’a pas grand intérêt, en revanche sélectionner manuellement les personnes qui peuvent accéder à votre mur peut être pertinent. Vous pouvez ainsi écarter les collègues de votre mur, pour éviter qu’ils épient et remontent toute votre activité par exemple. Plus simplement, vous pouvez interdire l’accès à votre mur manuellement à certaines personnes.
8. Les coordonnées
Encore une partie qui peut paraître anodine, mais Facebook n’est pas un carnet d’adresse. Dites vous que si vos amis ont besoin de vous joindre, ils ont bien d’autres moyen de vous joindre. Nul besoin de laisser votre adresse postale, votre numéro de portable ou toute autre information privée. Sur l’onglet « Coordonnées », nous vous conseillons donc de sélectionner « Personne ». Laissez le strict minimum en termes de coordonnées sur votre profil. Au pire, votre interlocuteur vous envoie un message pour vous demander vos coordonnées, vous vous répondrez en privé.
9. Les publicités
Dernier point qui vous rend vulnérable sur Facebook : les publicités. Dans la dernière version des paramètres de confidentialité du réseau social, un onglet spécifique y a été consacré. Autant y consacrer cinq minutes si vous ne souhaitez pas voir votre photo ni votre nom accolé à une photo de sushi, avec la mention « Untel a aimé ça ». Dans « Paramètres du compte », « Publicités Facebook », cochez « Personne » sur les deux seuls onglets de la page. Pensez à bien enregistrer les modifications, et le tour est joué.
10. Verifier régulîèrement l'état de sa confidentialité
Plusieurs outils existent pour consulter le degré de confidentialité de votre profil. Nul besoin d’installer un quelconque outil, certains sites font ça de façon tout à fait efficace, gratuitement et cela en quelques secondes. Profilewatch.org par exemple, analysera votre profil rapidement. Ici, nous avons obtenu la note maximale de 10/10, en montrant bien qu’aucune information n’est publiquement visible. Enfin, si vous consultez Facebook depuis un ordinateur qui n’est pas votre outil personnel, pensez à demander à votre navigateur de ne pas enregistrer vos coordonnées et à vous déconnecter après chaque passage sur le site. Sans quoi votre collègue qui aura besoin de « vérifier un truc » sur votre poste pourra se faire un plaisir de consulter votre liste d’amis par exemple.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents