Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez ce lien-ci dessous svp!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Suivez ce lien-ci dessous svp!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Veillez vous diriger au www.lapenderiedemarie.com


Drogue, sexe et alcool: un trio tabou?

Publié par amourjean@gmail.com sur 20 Mai 2011, 23:20pm

Catégories : #Style de vie et vie pratique

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRzDKBRYgfbudsA_pVDJUfJkw49unShz4WsRb4nUuh74AQtZTIFConsommer de l’alcool ou des drogues douces avant une relation intime peut devenir une source d’excitation supplémentaire. Mais où se situe la limite entre le plaisir et la dépendance? Comment réagir face à un partenaire qui n’éprouve plus de désir sexuel sans boire quelques verres de vin ou fumer un joint? La sexologue Geneviève Parent a examiné ce sujet délicat.

 

La spécialiste hésite à catégoriser l'habitude de consommer - drogue ou alcool - avant l'acte sexuel comme étant un tabou. Après tout, boire quelques verres ou faire usage de drogues douces comme la marijuana sont des gestes «de plus en plus banalisés», rappelle Geneviève Parent. «Entre amis, certains vont même confier que leurs ébats sont plus olé quand l'alcool coule à flots», ajoute-t-elle.

 

C'est bien connu, la consommation d'alcool engendre chez plusieurs personnes une hausse de la libido. De par son effet désinhibiteur, il peut aider à chasser l'anxiété associée à la performance ou encore, repousser les interdits et inciter à réaliser davantage de fantasmes. «Les femmes qui boivent pour avoir une relation sexuelle sont souvent incapables de se laisser aller, parfois par tabou, par pudeur ou même par culpabilité du plaisir», note Geneviève Parent. Les hommes qui consomment chercheraient plutôt à atténuer la pression avant l'acte pour éviter la baisse de régime se traduisant par des problèmes érectiles.

 

Vin et viagra, même combat?

 

Si l'alcool peut effectivement influer positivement sur la vigueur masculine - du moins, en stimulant le désir - le danger serait d'associer l'érection à la consommation de vin ou de spiritueux. «Ce n'est pas un médicament; c'est même loin d'en être un», prévient Mme Parent. Si l'habitude s'implante chez l'homme, il risque de perdre sa confiance le soir où il n'aura pas accès à une bouteille avant de voir sa partenaire. Encore une fois, tout est une question de modération! «La consommation occasionnelle lors de soupers et de soirées spéciales demeure plaisante, mais attention à ne pas boire dans l'intention unique de préparer les ébats».

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents