Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez ce lien-ci dessous svp!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Suivez ce lien-ci dessous svp!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Veillez vous diriger au www.lapenderiedemarie.com


Comment votre ordre de naissance affecte votre personnalité

Publié par amourjean@gmail.com sur 22 Janvier 2012, 02:31am

Catégories : #Style de vie et vie pratique

http://www.plaisirssante.ca/sites/default/files/images/soeurs.jpgDes chercheurs affirment que votre personnalité est en partie liée à votre ordre de naissance. Découvrez comment votre place dans la fratrie peut façonner votre vie.

Si vous êtes du genre à organiser les fêtes jusque dans les moindres détails une semaine à l’avance (serviettes de couleurs assorties par exemple), vous êtes sans doute l’aîné. Si, au contraire, vous avez tendance à les préparer à la bonne franquette, vous êtes probablement le cadet. Et si vous laissez plutôt le soin à d’autres de tout faire et que vous ne pensez qu’à divertir les invités, alors parions que vous êtes le benjamin.

 

Depuis plus d’un siècle, le lien entre le rang de naissance et la personnalité fascine les chercheurs, les psychologues, les thérapeutes et tous ceux qui s’intéressent à la dynamique familiale. «Les gens utilisent leur rang de naissance pour donner un sens profond à leur vie», souligne Frank Sulloway, professeur invité et membre de l’Institute of Personality and Social Research de l’Université Berkeley, en Californie (pour les aînés qui croient que Berkeley foisonne de théories farfelues, qu’ils sachent que Frank Sulloway est une sommité de la recherche sur le rang de naissance, il détient un doctorat en histoire de la science de l’Université Harvard). «Les frères et sœurs n’ont en commun que la moitié des gènes. Ce sont les combinaisons de gènes non identiques et l’environnement qui façonnent les différences de personnalité dans la fratrie. D’ailleurs, d’après les documents répertoriés, la plus grande partie de ces différences s’explique par le rang de naissance, affirme le spécialiste. En fait, il joue un rôle presque aussi important que la différence des sexes».

 

Nous présumons souvent que les frères et sœurs grandissent dans le même environnement familial; or ce n’est pas le cas. L'aîné grandit dans un milieu d’adultes; il recueille toute l’attention des parents inexpérimentés, qui s’émerveillent de le voir grandir. Au contraire, le cadet ne reçoit jamais toute l’attention des parents; il grandit souvent dans l’ombre de son aîné qui est plus «compétent» que lui: puisqu’il a le devoir de montrer l’exemple au plus jeune. L’aîné court plus vite, grimpe plus haut et parle mieux que le cadet. Enfin, le benjamin naît dans une famille où les parents, forts de l’expérience parentale, sont moins appréhensifs. Ils savent donc à quoi s’attendre de lui et ne répondent plus forcément à ses moindres faits et gestes, c’est pourquoi le petit dernier doit apprendre à «charmer» pour attirer leur attention. Ainsi, l’aîné est en général accompli, le cadet, conciliant et le benjamin cherche à plaire.

 

Selon Marion Balla, éducatrice et thérapeute à Ottawa, «Le rang de naissance n’est pas la cause directe des traits de caractère». L’experte pense toutefois que «le rang de naissance constitue l’un des facteurs les plus importants dans le développement de la personnalité». Marion Balla est présidente de l’Adlerian Counselling and Counsulting Group, ainsi nommé en l’honneur d’Alfred Adler, psychothérapeute autrichien des années 1900 qui fut le premier à établir un lien entre le rang de naissance et le développement de la personnalité. «Voilà quarante ans que j’utilise la théorie du rang de naissance pour aider les gens à comprendre comment ils se perçoivent et quelle influence peut avoir cette perception d’eux-mêmes sur leurs relations sociales», explique-t-elle.

 

Alors, qu'est-ce que ça veut dire?

Les recherches sur le rang de naissance à travers le monde montrent que l’aîné a plus d’affinités avec les autres aînés qu’avec ses frères et sœurs. Il apprend vite à plaire à ses parents, à être consciencieux, organisé, fiable et à jouer le parent avec les plus jeunes de la famille. Il est performant et choisit souvent de faire carrière dans un domaine de professions libérales, comme le droit, la médecine, l’éducation ou la comptabilité, des domaines qui exigent de grandes responsabilités. À titre d’exemple, les dirigeants des cinq principaux partis politiques du Canada aux dernières élections étaient tous des aînés: Stephen Harper, l’aîné de trois enfants; Michael Ignatieff et Elizabeth May, les aînés d’une famille de deux enfants; et Jack Layton et Gilles Duceppe, de quatre enfants.

 

Cela n’a rien d’étonnant aux yeux de Kevin Leman, psychologue et auteur d’une série de livres sur le rang de naissance dont The Birth Order Book: Why You Are the Way You Are. «Les premiers-nés seront toujours les “petits chefs”», explique l’auteur qui a fait des apparitions télévisées dans des émissions de variétés comme Oprah, The View et bien d’autres. Diverses études ont montré que l’aîné a trois fois plus de chances d’aboutir à la tête d’une entreprise que le benjamin.

 

Stacey Sutherland, 43 ans, de Aurora, en Ontario, se reconnaît dans le profil de l’aîné. «Je ne suis pas du genre à organiser les choses à la dernière minute, affirme la plus âgée de quatre enfants. Je m’y prépare cinq jours à l’avance». Étudiante modèle à l’époque, diplômée en études commerciales et administratives, elle obéissait à la lettre aux règles de la maison concernant les sorties et les fréquentations amoureuses. Ces règles, fait-elle remarquer, ne s’appliquaient pas à la cadette. Malgré ses trois enfants, Stacey Sutherland garde toujours sa maison propre. «J’ai le sens de l’organisation, j’aime l’ordre, je ne peux pas vivre dans le désordre et j’adore dresser une liste des choses à faire. Ma sœur est très différente, elle arrive à organiser les choses à la dernière minute», dit-elle.

 

Pour l’aîné, il n’existe qu’une façon de faire les choses: la bonne. C’est pourquoi il a tendance à critiquer toute autre solution que la sienne. Selon Kevin Leman, ce trait de caractère chez l‘aîné ne passe pas inaperçu aux yeux du cadet et du benjamin lors des soupers de famille. «À l’Action de grâces par exemple, votre sœur aînée, celle qui a toujours insisté pour vous montrer comment faire les choses, vous dit cette fois comment faire cuire la dinde, même si elle sait pertinemment que vous avez fait vos preuves dans la vie, que vous détenez une maîtrise universitaire et que vous avez élevé quatre enfants».

Le cadet ou «l’enfant rebelle»

 

Si l’aîné fait ce qu’il doit faire, le cadet, lui, fait les choses autrement. Il reconnaît vite la position que revendique l’aîné et se taille une place bien à lui dans la fratrie. Si l’aîné excelle en mathématiques, au tennis et au violon, le cadet affectionnera probablement les arts, la musique et la planche à roulettes. Dans le club sélect des lauréats du  prix Nobel, les aînés sont omniprésents en sciences, les cadets, en littérature. Alors que les aînés sont en général des personnes hautement douées et accomplies, les «rebelles» sont responsables de changements qui font avancer la société. Ce sont les cadets qui, à travers l’histoire, se sont battus pour l’égalité, la liberté d’expression et de culte, et pour l’abolition de l’esclavage, affirme le professeur Sulloway, auteur du livre Les enfants rebelles. Mère Teresa, Darwin et Gandhi étaient tous des cadets.

 

L’arrivée d’un troisième enfant engendre inévitablement une nouvelle position: celle du milieu. L’enfant du milieu est difficile à «catégoriser», mais cela ne l’empêche nullement de frayer son chemin, évitant ainsi d’être mis en «sandwich». On entend par «enfant du milieu» celui ou celle dont le rang de naissance se situe entre l’aîné et le benjamin (le cadet peut en faire partie). C’est l’enfant qui figure le moins dans les photos de famille. C’est aussi celui à qui les parents accordent le moins de temps. Par conséquent, il se tourne vers ses camarades et, au fil du temps, il crée un réseau important d’amis. Même s’il aime profondément sa famille, il est le plus susceptible de déménager très loin d’elle, de n’avoir que peu d’intérêt pour sa généalogie et d’être le mieux préparé pour affronter les vicissitudes de la vie. John F. Kennedy, Robert Kennedy, Madonna, Jean Chrétien et Avril Lavigne sont tous des enfants du milieu.

Le benjamin ou «le bébé de la famille»

 

Le bébé de la famille est en général le moins discipliné dans la fratrie, on lui donne peu de responsabilités et on lui accorde plus d’attention que quiconque. Son avis ou son opinion sont rarement sollicités, mais il apprend vite que pour obtenir l’attention et l'approbation des autres, il n’a qu’à faire le comique. Ce n’est pas étonnant que beaucoup d’humoristes soient les bébés de la famille: Jim Carey, Drew Carey, Ellen Degeneres, Tina Fey,  Martin Short, Robin Williams, Steve Carell, Billy Crystal and Cathy Jones. Le plus jeune de 11 enfants, le satirique Stephen Colbert est un «super bébé!»

L’enfant unique et les jumeaux

 

L’enfant unique, qui n’a pas de frères ou de sœurs avec qui jouer ne peut être étiqueté facilement. Nombre d’entre eux, comme les aînés, sont des enfants hautement doués et accomplis. Par contre, celui qui ne veut pas ou qui n’arrive pas à exceller parfois se rebelle et trouve son propre chemin. Certaines études montrent que l’enfant unique est plus digne de confiance que l’aîné de la famille, mais plus ambitieux que les frères ou sœurs plus jeunes (Lucy Maud Montgomery, Barbra Streisand, Frank Sinatra, John Lennon and Elvis sont des enfants uniques).

 

Quant aux jumeaux, «rien n’est joué», explique Frank Sulloway. Le premier-né adopte parfois le caractère de l’aîné, même si seulement deux minutes séparent leur naissance, tout dépend encore de la manière dont ils sont traités. David Suzuki est un jumeau né à quelques minutes près de sa sœur, mais selon les traditions japonaises, le plus jeune des jumeaux est considéré comme l’aîné parce qu’il a généreusement laissé l’autre naître le premier. Fait intéressant: David Suzuki, scientifique accompli et journaliste aimant l’attention, manifeste les traits de caractère associés à tous les rangs de naissance.

La différence d’âge et son effet sur le rang de naissance

 

Selon les experts, plusieurs facteurs peuvent entraver les effets liés au rang de naissance, dont la différence de sexe. Un garçon qui est né après une ou plusieurs filles (ou l’inverse) sera peut-être considéré comme un aîné «fonctionnel», c’est-à-dire comme le premier enfant de la famille. Si la différence d’âge dans la fratrie est de plus de cinq ans, les effets liés au rang de naissance s’atténuent. Dans le cas d’une différence d’âge moins importante, des groupes peuvent se former. Par exemple, dans une fratrie de six enfants (âgés de 14, 12, 11, cinq, trois et deux ans), les deux aînés pourraient former un groupe, les deux cadets, un autre et les deux bébés, un troisième. Le divorce, l’invalidité ou le décès d’un membre de la famille peuvent amenuiser  les effets attendus. La famille reconstituée peut modifier le rang de naissance des plus jeunes, mais plus l’enfant est âgé, moins il sera susceptible d’être affecté par ces changements parce que son rang est mieux établi et, de ce fait, il résiste mieux aux changements.

 

La famille d’aujourd’hui ne compte souvent qu’un ou deux enfants, cette situation engendre un grand nombre d’aînés et d’enfants uniques et très peu d’enfants du milieu. Par exemple, un garçon et une fille peuvent présenter des traits de caractère similaires (l’un est aîné et l’autre est aînée «fonctionnelle»). S’ils sont d’âges très différents, le plus jeune peut adopter les traits de caractère de l’aîné. «En ayant des familles de moins en moins nombreuses, on court le risque d’avoir des enfants aux caractères perfectionnistes et ambitieux», explique Kevin Leman. On risque aussi, par le fait même, de perdre les acquis de la théorie du rang de naissance (aucun des spécialistes consultés pour le présent article n’est l'aîné de sa famille).

 

Dernière remarque: selon Kevin Leman, «peu importe votre rang de naissance, vous croyez probablement que vos frères et sœurs l’ont eu plus facile que vous. Si vous êtes le benjamin, vous vous dites que l’aîné a eu le meilleur de tout avant vous. Si vous êtes l’aîné, vous enviez le cadet parce qu’il a eu la liberté de choisir sa voie. Et chacun se plaint que le benjamin s’en est toujours tiré à bon compte».

 

Faites le test ici! Découvrez votre personnalité à travers votre rang de naissance!

 

Tiré de: Best Health Magazine, Été 2011

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents